Cinéma

Cinéma 

Atelier Brussels in Love

Dans le cadre de "Brussels in love" 

Organisateurs et animateurs tiennent à cœur ce projet innovant et voudraient le partager avec l’ensemble du public.

L'Atelier fait appel à trois opérateurs : deux à Bruxelles et un à Marrakech. À Bruxelles, la MJ le 88 (aux Marolles) est animée par Mohammed Khaddahmallah, actif depuis les années 90 et ayant déjà tourné un documentaire avec les jeunes au début des années 2000, (D’une place à l’autre). Ce documentaire était consacré à l’instauration d’un dialogue interculturel. Il nous a semblé particulièrement intéressant de susciter un dialogue aujourd’hui entre les jeunes de la MJ, dont la culture est partagée entre les racines familiales maghrébines et la société belge, et des étudiants de l’école de cinéma ESAV à Marrakech (l’opérateur marocain) créant ainsi un échange inédit entre les deux rives de la Méditerranée.
Le second opérateur bruxellois est le CVB, atelier de production qui défend un cinéma engagé en mettant ses moyens au service de projets citoyens, et qui va traduire par la réalisation d’un documentaire (sous la direction de Manuel Hanot) l’histoire de cet Atelier Brussels in Love.

L’abattage rituel

Si le point de départ concernait l’identité culturelle, l’atelier a choisi de s’orienter vers une thématique très prégnante pour des musulmans bruxellois et qui se trouve au centre de nombre de polémiques à l’heure actuelle : l’abattage rituel. Ce choix qui a dans un premier temps provoqué l’étonnement des étudiants marrakchis, n’en a pas moins servi d’assise pour ouvrir le dialogue et explorer des pistes.  

En parallèle des démarches effectuées par l’Atelier à Bruxelles qui donnent lieu à des séquences du film, les jeunes de la MJ le 88 échangent par skype avec Marrakech, où les étudiants sont guidés par la directrice Corinne Cauvin.

Projections suivies d’une discussion

La discussion avec le public a pour objectif de faire le bilan de cette démarche inédite tout en ouvrant des réflexions sur l’identité culturelle, le rapport à la ville, les liens avec nos origines et la reconnaissance mutuelle des spécificités de chacun.e.

Pas de visa pour la culture !

Nous déplorons la décision du Consulat de Belgique au Maroc de refuser des visas aux étudiants de Marrakech. Ces derniers étaient invités à Bruxelles pour la durée du festival. D’un côté, leur présence aurait apporté un supplément d’âme à Brussels in Love, tandis que ce refus les prive injustement d’un voyage de formation. 


Nous vous attendons nombreux ce vendredi 21 juin à 20h30 au Delvaux pour la projection du film et pour la présentation de cette initiative originale. Nous établirons un direct via skype avec Marrakech.

En présence des participants de la MJ le 88, et de Manuel Hanot (animateur du CVB)

L'atelier sera précédé par :

JE(U)
13' - court-métrage de Nouha Bakkal

Des Jeunes Bruxellois ont fait des courts-métrages sur la multiculturalité de Bruxelles dans le projet Memory Lab coordonné par le GC De Kriekelaar.

(Entrée gratuite)